29 septembre 2022
Service Commercial : +228 90 02 95 47 | Lomé TOGO

Faya dayi de Jessica Beshir remporte le Prix du Meilleur Long-Métrage de Fiction au 19ème Festival du Film Africain de Tarifa

Le Prix du Public est pour le documentaire de l’île de la Réunion Lév la tét dann fènwar (Dans les brumes de la nuit), d’Erika Étangsalé

Le Prix Casa África au Meilleur Documentaire est pour Xaarasi Xanne (Voix croisées), de Bouba Touré et Raphaël Grisey et reçoit une mention spéciale pour Lév la tét dann fènwar (Dans les brumes de la nuit) d’Erika Étangsalé

Benjamin Kongbo Sombot, Nestor Ngbandi Ngouyou et Aaron Koyasukpengo, les trois personnages principaux de Nous, étudiants!, remportent le Prix du Meilleur Acteur; le Prix de la Meilleure Actrice est pour Néhémie Bastien pour son rôle dans Freda

Tarifa, 3 juin 2022.– Le Festival du Cinéma Africain de Tarifa-Tanger a annoncé les lauréats de sa 19e édition. Le jury international, composé de Lemohang Jeremiah Mosese, Valérie Osouf et Carlos Reviriego, a décidé de décerner le Prix du Meilleur Long métrage de Fiction dans la section compétitive Hypermétropie à Faya Dayi, de Jessica Beshir. Une coproduction entre les États-Unis, le Qatar et l’Éthiopie qui évoque le rêve d’un lieu idéalisé.

Le film est un voyage dans les montagnes d’Éthiopie, immergé dans les rituels du khat, une feuille que les musulmans soufis mâchent pour leurs méditations religieuses et dont la culture est actuellement la plus lucrative en Éthiopie. À partir du commerce de cette plante, le film tisse une tapisserie d’histoires intimes de personnes prises entre la répression violente du gouvernement, les fantasmes induits par le khat et les voyages trompeurs au-delà de leurs frontières, offrant une chance aux rêves des jeunes qui aspirent à une vie meilleure.

Le Prix Casa África du Meilleur Documentaire est pour Xaarasi Xanne (Voix croisées), de Bouba Touré et Raphaël Grisey

En outre, le jury international a voulu décerner une Mention Spéciale au documentaire Lév la tét dann fénwar (Dans les brumes de la nuit), d’Erika Étangsalé. 

Le Prix du Meilleur Acteur est pour trois des acteurs principaux du film Nous, Étudiants ! de Rafiki Fariala. Benjamin Kongbo Sombot, Nestor Ngbandi Ngouyou et Aaron Koyasukpengo.

Le Prix de la Meilleure Actrice est attribué à Néhémie Bastien, rôle principal de Freda de Gessica Géneus, un film d’Haïti et du Bénin. 

Le Prix du Public, voté par les spectateurs présents à Tarifa, est décerné à Lév la tét dann fènwar (Dans les brumes de la nuit), d’Erika Étangsalé et le 3Prix ACERCA de la Coopération Espagnole décerné par l’AECID et présidé par Elvira Cámara a été accordé à Xaraasi Xanne, de Bouba Touré et Raphaël Grisey. « Pour son appel à regarder face à face certains défis abordés par l’Agenda 2030 : les crises environnementales, les causes profondes des migrations, la souveraineté alimentaire et, surtout, la priorité du respect des droits et de la dignité humaine. Nous pouvons identifier dans le film certains facteurs qui remettent en cause la réduction de la pauvreté (ODD 1), faim zéro (ODD 2), santé et bien-être (ODD 3), eau propre et assainissement (ODD 6), inégalités réduites (ODD 10) ou la paix, justice et institutions efficaces (ODD 16). L’utilisation audacieuse de ressources audiovisuelles diverses, produites sur plusieurs années, ainsi que l’utilisation de matériel d’archives, apportent le réalisme nécessaire à cette réflexion inévitable si nous voulons un développement réellement durable et global ». 

Pour cette édition, le jury a décidé de décerner une mention spéciale au film haïtien Freda de Gessica Géneus, « pour avoir montré un portrait des carrefours dans lesquels se trouvent les êtres humains dans leur vie, qui sont aussi quelques-unes des motivations de l’Agenda 2030: des inégalités, le manque d’opportunités, la corruption et l’abus de toutes sortes, le déclencheurs de la violence ». Une valeur fondamentale du film est l’utilisation de la langue créole. La langue et la couleur de la peau sont présentées ici comme des motifs d’exclusion. Les défis de l’amélioration de l’éducation (ODD 4), de l’égalité des sexes (ODD 5), du respect de la diversité culturelle ou de la paix (ODD 16) sont abordés ; les réponses de chaque personnage sont également réfléchies ; certains ont recours à la migration, d’autres à la violence ou au blanchiment de la peau ».

Le Prix ACERCA est né de la collaboration entre la Direction des Relations Culturelles de l’AECID et le Festival de Cinéma Africain de Tarifa dans le but de renforcer l’espace audiovisuel existant entre l’Espagne et l’Afrique, ainsi que de sensibiliser la société aux droits de l’homme et au développement durable ».  

Le jury andalou, composé de Nocem Collado, Andrés Vega et Inés Nofuentes, a décerné le Prix du Meilleur Court-métrage de la section Afrique en bref au film égyptien Microbus, de Maggie Kamal, qui raconte l’un de ces voyages qui changent à jamais. Le jury a choisi ce court-métrage pour « montrer une situation apparemment quotidienne, où une femme doit faire face à la peur et la violence. Pour raconter avec beaucoup de simplicité et de maîtrise la normalisation sociale du harcèlement, et montrer la complicité des pactes patriarcaux pour sa permanence. Pour  raconter sans artifice, dans un seul espace et avec un excellent traitement des tensions, des dialogues et des silences, l’angoisse croissante vécue par une jeune femme qui ne sait pas si elle arrivera à sa destination en bonne santé. À l’heure où les libertés des femmes sont débattues aux quatre coins du monde, nous décernons le Prix du Meilleur Court-métrage du Festival du film africain Tarifa-Tanger à Microbus de Maggie Kamal ».

Le jury a décidé de décerner une mention spéciale à Egúngún, d’Olive Nwosu pour « nous offrir une histoire courageuse, véridique et actuelle qui présente le conflit de la visibilité ou de la dissimulation de la sexualité chez les femmes lesbiennes ou bisexuelles, pour exposer le destin disparate de ses protagonistes et montrer la confrontation sereine avec leur identité et leurs souvenirs au moyen d’un scénario original et émouvant ».

Prix FCAT LAB

Le jury de l’Espace Industrie du festival, Gabor Greiner, Faissol Gnonlonfin et Thibaut Bracq, grâce au soutien de l’Agence Espagnole de Coopération internationale pour le développement (AECID), du Goethe Institut Madrid et à la collaboration de diverses entreprises espagnoles et internationales, ont décerné un prix aux projets suivants: 

Le prix Sudu Connexion est attribué à Bufis de Mahad Ahmed et Vincenzo Cavallo (Kenya, Somalie, Allemagne). Le Prix de Traducciones Bienza est pour The wall de Mohamed Zineddaine (Maroc). Tomahawk Servicios digitales de Cinedécerne son prix à The burdened d’Amr Gamal (Soudan, Yémen). Le prix Tres Gatos Sonido est attribué à Sada, de Pape Bouname Lopy (Sénégal). Le prix Laserfilm est attribué à Abo zabaal prison 1989 de Bassam Mortada (Égypte) et le Prix du Festival du Cinéma Africain-FCAT est pour We stay alive d’Amine Kabbes (Algérie).

Salto del Eje (Saut de l’Axe)

Lors de la cérémonie de clôture du 19e FCAT, animée par l’acteur Armando Buika, les courts métrages du projet « Salto del Eje » ont été projetés, une école de cinéma promue par le Haut Commissariat contre la Pauvreté des Enfants et la Fédération Pantalla, à laquelle participent aussi la Fondation Márgenes y Vínculos et la Coordinadora Alternativas, sponsorisé par le groupe Red Eléctrica et en collaboration avec la Diputación de Cadiz et le Ministère de la Culture et des Sports. Son objectif est de mettre en œuvre une stratégie culturelle qui transforme l’accès à la réalisation de films dans les milieux défavorisés. 

Grâce à cette initiative, des élèves d’Algeciras et de San Roque ont présenté à la cérémonie de clôture deux courts métrages, En Búsqueda et Los que somos, sur lesquels ils ont travaillé ces derniers mois. Ana, l’une des nombreuses étudiantes du projet Salto del Eje, explique qu’avec la caméra « nous pouvons leur faire voir ce que nous voulons qu’ils voient ». Celui qui a la caméra a le pouvoir.

La cérémonie de clôture du FCAT s’est déroulée en présence de Jorge Jiménez de Red Eléctrica Española, Elena Subirá de la Fédération PANTALLA ainsi que Marta Lladó, Francisco Mena de Márgenes y Vínculos, Désiré Fernández de Coordinadora Alternativas, Jaime Armario et Lucia Trujillo de la Diputación de Cadix et Jose A. Pacheco, Sous-délégué de la Diputación de Cadix. Pacheco, Sous-délégué du Gouvernement à Cadix, ainsi que Mane Cisneros et Othman Saadi du FCAT.

Source : fcat.es

Article précédent

Cinéma africain : droits de distribution et difficultés de conservation limitent la diffusion en Afrique de films pionniers

article suivant

Afrique-cinéma//Omar Sy et HBO Max à la conquête de l’espace audiovisuel de l’Afrique francophone

You might be interested in …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.